La photographie culinaire

La photographie culinaire et gastronomique a pour but de mettre en valeur le travail méticuleux du cuisinier qui l’a élaboré, préparé et dressé. La photo réalisée du plat ou du dessert doit par ses qualités artistiques et graphiques susciter l’intérêt non seulement pour le travail réalisé mais aussi donner envie de le déguster. Sommairement sauter sur le téléphone pour réserver une table ou savoir comment se procurer l’objet de sa convoitise…

La Gastronomie a pour vertu magique...

La gastronomie a pour vertu magique et transcendante de susciter les appétits, plonger dans des univers et des sensibilités propres à chacun.
C’est un phénomène gastro-sensoriel lié à la vue, le goût, l’odorat et même… l’ouïe en cours de dégustation !
Le photographe dans ce contexte si particulier, doit être un technicien du résultat final et se mettre au service du plat/met mais cela n’empêche pas d’en être aussi le reporter, voire le témoin de la création dans l’assiette.
Les photographies issues de ces approches, quand le maître d’œuvre – cuisinier, responsable technique, patron de restaurant, investisseur, directeur de l’industrie agro-alimentaire – s’y intéresse couvrent l’étendue des compétences mises en œuvre.
J’évoquais à l’instant la technique de la photographie culinaire. Les moyens logistiques utilisés doivent aussi être à la hauteur de l’enjeu économique et artistique.

Les exigences dans le domaine de la prise de vues culinaire et gastronomique sont multiples :
le cahier des charges du chef cuisinier, les données de la revue culinaire où paraît le travail, la culture du goût du photographe, les équipements employés sur site ou en studio – éclairages électroniques, boitier professionnel et optiques à haute résolution, modeleurs de lumières adaptés au plat photographié et enfin la méthodologie du photographe en post-production des images.
Que ce soit pour un-e restaurateur-trice réputée, un-e jeune cuisinier-ère se lançant dans son projet, une industrie qui développe de nouveaux produits, une revue culinaire régionale, nationale ou internationale, il faut que que l’image soit soit belle, équilibrée,et qu‘elle mette en valeur les matières employées.
Les images sont réalisées en studio ou in situ selon les désirs du donneur d’ordre pour valoriser le plat seul ou le produit ou combiner les attraits du met avec la salle du restaurant.

LA GALERIE